En ce moment

Titre

Artiste

Background

Présidence du PCRN : Le parti conteste le choix de Paul Atanga Nji

Écrit par sur 16 mai 2024




Le secrétaire national à la communication Armand Okol annonce que le PCRN « utilisera toutes les voies de droit afin d’obtenir l’annulation pure et simple de cet acte ».

 

Après un moment de silence qui a semblé une éternité pour le public et les observateurs, le PCRN a réagi ce 16 Mai 2024 à l’injonction du ministre de l’administration territoriale Paul Atanga Nji. Dans un communiqué, le secrétaire national à la communication Armand Okol conteste au membre du gouvernement le droit de désigner le mandataire de son parti qui va être l’interlocuteur d’ELECAM lors des prochaines consultations électorales. « Il n’appartient pas au MINAT de désigner les mandataires des partis politiques à ELECAM. Cette compétence est exclusivement dévolue aux partis politiques au travers de leurs instances statutaires. Au PCRN, celui qui est habilité à le faire c’est le Président National en exercice, Cabral LIBII, et ce, depuis le Congrès de Guidiguis du 11 mai 2019 », écrit-il. Concernant l’appellation « président fondateur » dont Atanga Nji affuble son protégé Robert Kona, il déclare que « la fonction de Président fondateur n’existe pas dans les Statuts du PCRN. Ni dans ceux de 2003, ni dans ceux révisés en 2022 ».

Le responsable de la communication du PCRN rappelle que Kona « a engagé une procédure judiciaire à l’effet de recouvrer la fonction de Président National et non celle de Président fondateur ». C’est, martèle-t-il, cette procédure pendante devant le Tribunal de Première Instance de Kaélé depuis janvier 2024 qui permettra de savoir s’il obtient gain de cause. Pour l’heure, assure Okol, « tant que cette procédure n’a pas abouti, c’est le Président Cabral Libii qui engage le PCRN ».

Il fait savoir que pour contester la décision du ministre de l’administration territoriale, « le PCRN utilisera toutes les voies de droit afin d’obtenir  l’annulation pure et simple de cet acte ».

Le Ministre de l’Administration Territoriale est accusé de s’illustrer « à nouveau avec éclat dans le bafouement des normes qui régissent la République, engageant ainsi la responsabilité du Gouvernement dont il est membre ».  Et aussi d’avoir « instruit certains Préfets d’interdire la participation du PCRN aux défilés organisés dans le cadre de la célébration de la fête nationale de l’unité en 2024 ».

Le porte-voix du PCRN accuse Paul Atanga Nji d’éprouver une « haine personnelle et une pulsion pathologique de persécution vis-à-vis du Président Cabral Libii ».

 

Voici le texte intégral de la réaction du PRCN

 

COMMUNIQUÉ RADIO-PRESSE

Les militants et sympathisants du PCRN ont découvert avec effarement, une correspondance de Monsieur ATANGA NJI, Ministre de l’Administration Territoriale, en circulation dans les réseaux sociaux et adressée au Directeur Général d’ELECAM, dans laquelle le Ministre s’arroge illégalement le pouvoir de désignation du mandataire du PCRN auprès d’Elecam.

Suite à cet autre excès, le PCRN utilisera toutes les voies de droit afin d’obtenir  l’annulation pure et simple de cet acte.

Le Ministre de l’Administration Territoriale s’illustre à nouveau avec éclat dans le bafouement des normes qui régissent la République, engageant ainsi la responsabilité du Gouvernement dont il est membre.

Plus grave, suite à cette initiative scandaleusement illicite, il a instruit certains Préfets d’interdire la participation du PCRN aux défilés organisés dans le cadre de la célébration de la fête nationale de l’unité en 2024.

Ce ministre est visiblement habité par une haine personnelle et une pulsion pathologique de persécution  vis-à-vis du Président Cabral LIBII, au point que depuis novembre 2023, il est l’auteur d’agissements politiquement et juridiquement absurdes.

Cette attitude inconséquente entraîne en outre la remise en cause de l’indépendance dont essaie de se prévaloir ELECAM. Ce Membre du Gouvernement enfonce ainsi inopportunément la République dans le ridicule absolu, et dans un état de surchauffe politique, à un an seulement de l’élection présidentielle.

Pour rappel, il n’appartient pas au MINAT de désigner les mandataires des partis politiques à ELECAM. Cette compétence est exclusivement dévolue aux partis politiques au travers de leurs instances statutaires. Au PCRN, celui qui est habilité à le faire c’est le Président National en exercice, Cabral LIBII, et ce, depuis le Congrès de Guidiguis du 11 mai 2019.

C’est encore le lieu de rappeler que la fonction de Président fondateur n’existe pas dans les Statuts du PCRN. Ni dans ceux de 2003, ni dans ceux révisés en 2022. De plus, sieur KONA Robert ex-President National du PCRN, a engagé une procédure judiciaire à l’effet de recouvrer la fonction de Président National et non celle de Président fondateur. Cette procédure est par ailleurs pendante devant le TPI de Kaélé depuis janvier 2024 et en est à la cinquième audience. Tant que cette procédure n’a pas abouti, c’est le Président Cabral Libii qui engage le PCRN.

Du reste, des concertations en cours au sein du parti à l’effet de donner une réponse politique à la persécution absurde et insupportable du Ministre de l’Administration Territoriale, deboucheront sur une décision concertée. Une réunion élargie du Bureau Politique National, présidée par le Président National Cabral LIBII, est convoquée à cet effet.

Les instances statutaires compétentes du PCRN aviseront l’opinion nationale et internationale.

Rien ni personne n’empêchera les camerounais de se choisir Cabral LIBII comme Président de la République en 2025, si tel est la volonté de Dieu et celle du peuple.

<< La patrie ou la mort, nous vaincrons>>.

Le Secrétaire National à la Communication

Armand Okol


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *