En ce moment

Titre

Artiste

Background

MTN ELITE ONE: Opération stades pleins, les clubs ne jouent pas leur partition

Écrit par sur 19 octobre 2022




Par Charles Douglas Ndemba, journaliste Balafon Média

Plus qu’un slogan, ceci doit être le cheval de bataille de tous ceux qui travaillent pour le football camerounais et son rayonnement. Ramener le public au stade.

Aux premières loges, les clubs de football. À côté des exigences imposées par l’organisateur la Fédération Camerounaise de Football qui veut un football professionnel, les clubs doivent aussi se dire que ce combat de stade plein est avant tout le leur car ce sont eux qui bénéficieront des fruits grosses retombées de cette manne pour l’heure inconsciente et inconsidérée.

– les recettes de stades, une bouée d’oxygène non négligeable
-un vrai 12e joueur pour pousser l’équipe à la victoire
-une vraie fanbase qui témoigne du caractère populaire du club

Les supporters se recrutent quand les choses sont bien faites.

Pour y arriver, les clubs doivent développer des mécanismes de recrutement de supporter, créer de la sympathie auprès du club et public à travers les nouveaux caneaux de communication que sont les Réseaux Sociaux (les community manager et les créateurs de contenus existent). Par exemple mettre sur pied la confection des gadgets pour que les supporters puissent avoir des articles qui leur rappelleront les couleurs de leur club de cœur.

Aujourd’hui le constat est amer, les clubs ne pensent pas à développer leur secteur communication. On peut citer quelques exemples de clubs qui ont compris où poser les premiers pas du professionnalisme et de l’ouverture au monde.

– Canon Sportif de Yaoundé
– Coton Sport de Garoua
– Union de Douala
– Colombe du Sud
– PWD de Bamenda
– Yong Sport Academie

6 clubs sur 22, le calcul est vite fait et chacun peut tirer sa conclusion.

Il est vrai que leur développement est encore embryonnaire et y voir maintenant un réel impact peut être prématuré.

Pour mieux cerner nos propos lors du match d’ouverture Astres vs Union de Douala, on a presque pas vu de communication venant des clubs pour inciter les supporters, leurs supporters à venir au stade. Laisser cette lourde mission à la FECAFOOT et à MTN Cameroun témoigne du chemin qu’il y a à faire dans l’écosystème du football camerounais.

Pour illustrer notre pensée, cette image qui accompagne notre texte a été prise par le journaliste Charles Douglas Ndemba depuis son poste de commentateur au stade de la réunification.

Cette partie vide du stade en réalité s’appelle le virage dans le jargon, et c’est à ce niveau que les supporters des équipes prennent place pour mieux donner de la voix pour leurs attaquants car ils sont au moins le temps d’une période derrière les cages adverses.

Pour que le football camerounais soit cette belle symphonie agréable à l’écoute, tous les musiciens doivent jouer à merveille leur partition et chaque partition doit répondre à la note parfaite.

Pour l’heure les clubs sont hors gamme.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *