En ce moment

Titre

Artiste

Background

Melong: une veuve incarcérée pour infanticide maternel

Écrit par sur 10 juin 2022

Une scabreuse affaire secoue la ville de Melong depuis le jeudi 9 juin 2022. À l’origine, un bébé né puis enterré par sa propre mère dans le village Mouanguel à 15Km du centre ville de Melong.

 

C’est le gros scandale de mœurs qui secoue la ville de Melong dans le département du Moungo région du Littoral. Une dame, âgée de près de 40 ans et veuve a mis un terme à la vie de son fœtus mature issu d’une autre relation avant de l’enterrer dans le caveau familial. Mais que s’est-il réellement passé dans le Village Mouanguel à 15 km de Melong centre? La mère infanticide remet sa décision sur l’abandon de l’auteur de sa grossesse: « J’ai perdu mon mari il y’a 8 ans. J’ai eu un ami, cet ami m’encadrait quand il n’avait pas encore de femme. Quand il a pris la femme il m’a abandonné. J’ai commencé à le ressentir réellement après son mariage« .

Une indifférence de son amoureux d’autrefois qui va selon elle la conduire à une tentative de suicide. « J’ai eu trop de difficultés. Dès que çà m’arrive je me mets à pleurer en cachette. Je n’arrivais plus à supporter. Même comme j’étais bientôt à termes, j’ai décidé de prendre un remède indigène pour prendre ma vie. J’ai bu le médicament. Cà ne m’a pas emporté moi-même, mais plutôt l’enfant ». A-t-elle déclaré face à la presse.

Et c’est en secret qu’elle va inhumer le fœtus d’une grossesse qui devait être à terme près de deux mois plus tard. Eveng Marie, la veuve présumé coupable d’infanticide maternel affirme que: « J’ai eu la peur d’alerter les gens de la concession que je venais de perdre le bébé entre mes mains. J’avais peur qu’on informe mon beau-frère que j’ai encore accouché. C’est ainsi que je suis allée moi-même enterrer l’enfant près de la tombe de mon mari. »

Mais la veuve qui croyait le secret de son infanticide bien gardé, sera accusée contre toute attente par une source inconnue à la brigade de Gendarmerie de Melong. Malgré les nombreuses auditions, les versions racontées par la veuve présumée coupable, ne vont pas arrêter l’enquête. « J’ai dépêché une équipe sur les lieux. La dame nous avait d’abord conduis dans un tombeau où elle disait avoir enterré l’enfant. Elle nous a dit que c’était un avortement. Et que c’était juste une boule de sang. Seulement suite à ses déclarations, nous lui avons demandé de nous conduire chez l’infirmier qui l’avait aidé à faire cet avortement. Elle n’a pas été capable de nous conduire vers cet infirmier« . Explique Raphaël Manga, le commandant de la Brigade de Melong.

Sans complices direct de l’avortement présenté par Eveng Marie Carine, et sa sœur qui va nier être impliquée dans cette affaire du côté de Douala. L’enquête va connaître une autre tournure. « A la deuxième descente, nous-nous sommes retrouvés dans un deuxième tombeau qui était cette fois le vrai tombeau. Nous avons déterré et avons pu constater que c’était le corps d’un nouveau-né« . Poursuit Raphaël Manga, le commandant de la Brigade de Melong.

Il aura fallu l’intervention d’un médecin pour examiner la mère et le fœtus déjà décédé et enterré. Après expertise, nous pouvons dire qu’il s’agissait d’un fœtus viable. Selon les mensurations prises, c’était un bébé de sexe masculin qui avait environ 3500 grammes. Le seul doute que nous n’avons pas pu lever est si l’enfant est sorti naturellement ou si c’est le produit consommé par sa mère qui est à l’origine de l’expulsion du fœtus. Mais une chose est certaine, c’était fœtus viable. Sonne en guise de conclusion le Dr Christian Leussi Médecin Généraliste à l’hôpital de District de Melong.

La nommée Eveng Marie Carine sera pour cet infanticide présumé, conduite devant le procureur de la République.

 

Reportage TV Claire-Luce Angouande


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *