En ce moment

Titre

Artiste

Background

Me Laurent Bondje (avocat) : « La nomination du magistrat Pierrot Narcisse Nzié c’est pour remplacer Sikati Kamwo »

Écrit par sur 14 décembre 2023




Me Laurent Bondje, avocat au Barreau du Cameroun

Notre consultant considère que la nomination du magistrat Pierrot Narcisse Nzié le 13 Décembre 2023 pourrait être liée aux derniers développements du volet judiciaire de l’affaire Martinez Zogo. Me Laurent Bondje prédit l’éviction du juge Kamwo de l’affaire Zogo.  Voici des extraits de la réaction du juriste ce matin sur Radio Balafon.  

« Le décret ne dit pas clairement si Aimé Florent Sikati Kamwo II a été dessaisi de l’affaire Martinez Zogo. Il nomme une autre personne, mais dans les mêmes fonctions que lui. Maintenant, il faut que ce soit clarifié. Mais ce qu’on sait d’habitude c’est qu’il n’y a jamais de fumée sans feu. C’est-à-dire qu’on ne peut pas faire  une nomination comme cela au hasard. Sûrement qu’il y a à l’intérieur quelques relents de l’affaire Zogo. Nous supposons, en connaisseur avisé, que c’est pour remplacer Sikati. Maintenant, on peut le nommer, mais pas le remplacer. Cela m’étonnerait. Je crois que c’est pour le remplacer. »

« Le lieutenant-colonel magistrat Pierrot Narcisse Nzié peut venir comme un juge d’instruction supplémentaire, mais le décret n’est pas clair là-dessus. C’est à l’intérieur de l’organisation que le président du Tribunal va le faire. Mais je crois que pour le dessaisir, il faudra aussi prendre un acte. Le président du Tribunal va s’en charger. Ce n’est pas au décret de dire qu’il est dessaisi. Ce serait plutôt des relents politiques. Dans les normes, le président du Tribunal Militaire qui cote un dossier à un juge peut le remplacer. »

« En principe, il doit y avoir un acte qui transfère le dossier. Cela si et seulement si Sikati est encore juge d’instruction au Tribunal Militaire. Car il peut être  remplacé par ce Monsieur. Mais on n’a rien dot en ce qui le concerne. Il n’a pas été enlevé de ce Tribunal. Donc il reste juge d’instruction. »

« En fonction de la nature, du degré, on peut mettre deux juges d’instruction dans une même affaire. Les deux peuvent instruire une même affaire en collégialité comme on le dit souvent. Mais le principe c’est qu’un juge d’instruction fait l’affaire. »

 


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *