En ce moment

Titre

Artiste

Background

Logbadjeck: un village victime de son gravier

Écrit par sur 9 mai 2022

Nous vous amenons à Logbadjeck découvrir le martyre des ses populations. Cette partie du pays dispose de richesses naturelles importantes mais croupie pourtant sous le poids du manque d’eau et de la poussière issue des carrières malheureusement exploitées par les européens et asiatiques.

 

C’est comme un malheur qui hante les populations de Logbadjeck. Grand village aux richesses naturelles et considérables dans la commune de la Dibamba, département de la Sanaga Maritime région du Littoral. A l’origine de ce martyre, la mauvaise exploitation des carrières de sable. Elle constitue un frein pour le développement selon Bassong habitant de Logbadjeck: « Sur les réalisations ici, je parlerai peut-être de deux salles de classe construite grâce à l’exploitation de nos carrières. Mais aujourd’hui nous ne sommes plus dans les temps anciens où on ne savait pas là où on partait. »

Pourtant les populations voyaient derrière ces exploitants européens et asiatiques une amélioration de leur vécu et conditions de vie. Sa Majesté Séraphin Albert Motassi exprime son regret:  » Malheureusement ces carrières fonctionnent pour plusieurs sans cahier de charge. Certains sont là depuis plus de 8 ans. Razel à un moment, faisait des accords annuels qu’ils essayaient de respecter. Mais depuis que les autres carrières sont arrivées ils sont entrés dans le maquis. Ils ne parviennent plus à rien faire ils ne veulent pas nous accompagner« .

A Logbadjeck la vie n’est pas rose. Les populations consomment de la poussière constamment lorsqu’un camion passe par là. toute chose qui pollue l’atmosphère à en croire Victor Massako.
« Avec la poussière on ne peut pas vivre. Parce que on mange la poussière des carrières. On consomme ça, on fait tout avec la poussière. Ça ne va pas. » Les seuls souvenirs que ces entreprises ont laissé à la communauté villageoise sont entre autres la dégradation de la chaussée et de nombreux nids -de-poules. Les habitants ont d’ailleurs manifesté en 2017. » En 2017, les populations étaient obligées de barrer la route pour qu’on en arrive à un reprofilage. C’est un truc qui devait être organisé parce qu’il y a trop de carrières. Et puis qui gâte doit payer« . Dénonce ce natif de Logbadjeck

Ici à Logbadjeck, les cours d’eau ont été recouverts pour la plupart par les poudres de carrière.  » Les cours d’eau ne coulent plus parce que bouchés par des déchets, des nuages blancs par du sable, du gravier. À un moment Razel a réhabilité certains forages mais qui sont déjà en panne. Les Chinois ont fait deux forages qui n’ont pas tenu. Les Portugais ont engagé leur forage qui n’est jamais terminé« . A martelé un doyen.

Le Chef du village a adressé dans la foulée plusieurs correspondances à la dite société. Pour l’instant, l’eau est la denrée rare à Logbadjeck en terme de quantité et de qualité.

 

Reportage Radio Franck Durock Tassonkeng


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *