En ce moment

Titre

Artiste

Background

« L’ETINCELLE DE LECTURE » DE BLANCHE BITGA: SOCIETE : LA FAMILLE A VAU-L’EAU

Écrit par sur 8 mai 2024




Des révélations à vous glacer le sang, autour du décès de dame Sylvie Louisette Ngo Yebel Epouse Founga. La  journaliste dont les restes ont été retrouvés dimanche, au quartier Etoa Meki à Yaoundé, aurait été liquidée par son propre fils. Ce dernier serait d’ailleurs passé aux aveux selon plusieurs sources concordantes.  Un cas comme on en compte malheureusement plusieurs de nos jours au Cameroun. C’est la famille même qui va à vau-l’eau. 

 

Ainsi donc, celle qui était jusqu’à sa mort la chargée de la communication de la Commission des Fôrets d’Afrique Centrale, aura été arrachée à la vie par son propre rejeton. Comme dans un film de  Tarantino, le fruit de ses entrailles l’aurait étouffé, puis égorgé, avant de dépecer le corps à la scie à métaux. Apparemment seul ce jour-là dans leur domicile au quartier Damas à Yaoundé, il aurait transformé une des douches de la maison en boucherie pour mère, avant de  prendre soin de ranger morceau par morceau, l’infortunée dans deux valises. Plusieurs sources relatent d’ailleurs que le jeune homme de 20 ans, secrétaire d’administration fraichement sorti de l’ENAM, serait passé aux aveux non seulement du meurtre de sa mère, mais aussi de celui de sa grand-mère 3 mois plus tôt. La victime de ce 06 Avril 2024 avait alors participé à étouffer l’affaire apprend-on. Malheureusement, elle ne lui aura finalement pas évité la prison longtemps, cette fois au prix de sa propre vie.

Des faits surréalistes qui seraient partis d’une dispute entre la mère et son fils. A quel sujet? Nul ne saurait répondre jusqu’ici. Mais quelle mésentente peut bien justifier qu’on ôte la vie à celle-là même qui nous l’a donnée ? 10.000frs, nous a répondu le jeune illiassou, 17 ans, vivant avec ses parents au quartier Marouaré à Garoua. Pour 10 000, qu’il aurait consommé alors que sa génitrice les lui avait remis pour faire un achat d’huile et qu’elle lui aurait réclamé en le  réprimandant, oui pour avoir demandé des comptes sur son propre argent travaillé durement, dame Mbalidam Rabicka sera assommée et tuée à l’aide d’une pierre par son propre fils dans son sommeil. Tout comme son compère de Yaoundé, il sera vite rattrapé par les forces de l’ordre, devant qui il  passera aux aveux.

 

Hier le centre, avant cela le Nord, et quelques jours avant l’Ouest (où un jeune homme a décapité son père à la suite d’une mésentente)…Le diable se serait-il emparé de nos jeunes ?  Mais surtout, la famille étant le socle même de la société, que vaut-elle encore aujourd’hui ? Les parents, si sacrés si précieux, dont on avait jadis peur au point de les ériger en intouchables demi dieux se sont transformés, le temps d’une génération, en ennemis à abattre au sens le plus cru de l’expression. Les reproches, les sanctions, les bastonnades se terminent désormais toutes en carnage ? La télé des Blancs montre que dans les familles des Blancs au pays des Blancs, un enfant de 11 ans peut gifler sa mère sans que rien ne lui arrive ensuite de grave, alors pourquoi ou comment le petit Camerounais qui a grandi sans réelle identité culturelle, quasiment élevé par la télé et instruit par les réseaux sociaux, ne copiera-t-il pas ?

Et si l’on retournait simplement aux fondamentaux même de l’éducation africaine ? Adapter la modernité à notre culture et non l’inverse. Penser la famille avant d’en créer ; être en tant que parent le modèle qu’on souhaite voir reproduire ; revenir aux valeurs sacralisées que sont la  vie, l’humain, le respect des aînés…La tradition et la spiritualité, qui élèvent l’Esprit et enseignent aux hommes et aux femmes la mission de chacun en tant que maillon de la société, devraient en être la base. En gros, revenir à une éducation axée sur l’être et non le paraitre, sur la connaissance et non les avoirs. S’ouvrir au reste du monde pour le conquérir, et non pour le devenir. Mais cela, ça demande de recommencer à la base tant qu’il est encore temps.

 

 

 


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *