En ce moment

Titre

Artiste

Background

« L’ETINCELLE DE LECTURE » DE Blanche Bitga: PRIX DES DENREES ALIMENTAIRES : LES BALBUTIEMENTS DU MINCOMMERCE

Écrit par sur 30 avril 2024




Une vendeuse de denrées alimentaires (photo Investir au Cameroun)

De  nouveaux prix, revus à la baisse, pour l’huile raffinée et le riz dans les marchés camerounais. La décision est du ministre du commerce, en guise de dernier recours, pour alléger le quotidien des populations. Seulement sur le terrain on en est encore bien éloigné, faisant passer ces tentatives ministérielles pour des balbutiements dans une réalité non maitrisée et très austère.

Le Mincommerce serait-il à court de solutions pour alléger le quotidien des camerounais? Quelques mois après avoir lui-même validé l’augmentation brusque du prix de l’huile raffinée, quelques mois après l’augmentation du prix du carburant, des semaines après l’augmentation unilatérale du prix de la pomme de terre, de la tomate, du gombo, du plantain, des oignons bref de tout dans nos  marchés, eh bien le ministère de tutelle a l’ingénieuse idée de produire un nouveau communiqué instituant de nouveaux prix revus à la baisse, du riz et de  l’huile raffinée uniquement…Une décision lue et ignorée avec succès, car près d’une semaine après, aucun changement même pas un tressaillement, n’est observé dans nos marchés.

Cause du blocus, les commerçants évoquent des réalités que semble avoir omis ou feint d’ignorer, le Mincommerce. Entre taxe à l’import, impôts multiples créées inexpliquées ou inexplicables, pression communales ou frais de marchés ; entre augmentation du coût du transport et tracasseries routières liées aux infrastructures ou aux personnes ; le commerçant camerounais, grossiste semi grossiste ou même détaillant, ne se retrouve pas. Il lui faut slalomer au milieu de tous ces paramètres pour dégager de son activité le maigre bénéfice qui lui permet à peine de vivre, au vu du cout des autres denrées. La flambée est donc généralisée, mais les décisions en réponse n’en sont pas réellement.

 L’on se souvient d’un autre communiqué de ce même Mincommerce, il ya quelques années, et qui annonçait des missions de terrain pour vérification voire répression, du respect des prix de certaines denrées tels que homologués par le ministère. Ces missions ont vite été remplacées par un communiqué validant les prix querellés et un autre annonçant des caravanes ministérielles de vente de certains produits dans certains points de certaines villes du pays. Une blague qui n’aura pas fait rire longtemps puisqu’elle débouchera sur l’augmentation des prix du carburant et par ricochet du transport et tous ses corollaires.

Pendant ce temps, la température reste stable et invariable au Mincommerce. La question du pouvoir d’achat et du panier de la ménagère est toujours en études chez les chargés d’études ; des solutions expérimentales sont expérimentées au quotidien à l’échelle nationale. Mais pour ces commerçants, le sommeil est devenu trouble, et le réveil amer pour les ménagères.

 

 


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *