En ce moment

Titre

Artiste

Background

« L’Etincelle de lecture » de Blanche Bitga: CAMEROUN : DE HAUTS DOUTES SUR LES HAUTES INSTRUCTIONS

Écrit par sur 21 mai 2024




Laurent Esso, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux

Tribune libre du Minjustice adressée aux personnels de l’administration judiciaire, Laurent Esso rappelle aux magistrats leur obligation de probité et de loyauté, mais aussi et surtout de rectitude envers tout camerounais justiciable. Rien ne devrait les détourner de leur mission de justice.  Rien, pas même des supposées hautes, très hautes, ou suprêmes  instructions. 

 

« Je les exhorte à garder permanemment présent à l’esprit, qu’en raison de la séparation des pouvoirs, Son Excellence Paul BIYA, ne peut leur donner des instructions…fussent-elles hautes, fussent-elles vraies »

Ainsi conclut Laurent Esso, Ministre de la Justice Garde des Sceaux, sa Chronique dénommée JUSTITIA, parue dans le magazine d’informations générales de son département ministériel du mois de Janvier 2024. Entre les lignes, le Garde des sceaux s’adresse aux magistrats et autres personnels de l’administration judiciaire du pays, pour leur rappeler leur devoir de neutralité, mais aussi l’impartialité et l’indépendance de la justice par rapport au pouvoir exécutif. Il les invite, malgré la pression qu’ils subissent très souvent, malgré « des injonctions, des impostures et des intimidations de toutes sortes », à savoir rester du côté du droit,  de la  Loi,  du peuple camerounais.

Et ce sont ces « impostures » ou l’insinuation que les hautes instructions pourraient ne pas être vraies, qui nous, retiennent notre attention. On se souvient alors qu’au plus fort de la guéguerre Minsep-Fecafoot concernant le dossier Marc Brys  nommé sur très hautes instructions justement, la partie de Tsinga avait semblé douter de l’originalité ou véracité desdites instructions, d’où le bras de fer qu’elle a alors opposé au camp du « moustachu ». Certains avaient semblé dire que douter du réel émetteur de ces hautes instructions pourrait emmener à douter de plusieurs autres actions de gouvernance initiées par ces mêmes instructions. La sortie du Minjustice vient juste asseoir ces suspicions : de hauts doutes pèsent désormais sur les hautes instructions

Cependant, objection vos honneurs, ne serait-ce pas cette même impartialité et imperméabilité de la justice qu’ont réclamé par le passé certains innocents qui croupissent aujourd’hui derrière les barreaux ? Cette neutralité exigée aujourd’hui des magistrats a pourtant manqué lorsqu’il a fallu juger des cas de détournements, abus de pouvoir, trafic d’influence ou même lorsqu’il a fallu juger tout simplement, accorder au moins une chance de se défendre au cours d’un procès équitable, à des citoyens « no name » sans parapluie ni godasse. Prise de conscience ou tactique de guerre ? S’il n’est pas très clair que l’objectif final est bien l’intérêt du peuple, il est plutôt limpide comme de l’eau de roche que les prochaines échéances se préparent très activement et que apparemment tous les coups sont permis. La  garde du roi semble s’être éclatée en roitelets préposés, le peuple appelé à la barre comme témoin devra le  moment venu, jouer pleinement le rôle de juge qui lui est dévolu.

 


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *