En ce moment

Titre

Artiste

Background

Le Centrafricain Yvon Sana Bangui est le nouveau gouverneur de la BEAC

Écrit par sur 12 février 2024




Yvon Sana Bangui

Son prédécesseur au poste, le Tchadien Abbas Mahamat Tolli s’aligne dans la course à la présidence de la BanqueAfricine de Développement (BAD).  

Yvon Sana Bangui succède à Abbas Mahamat Tolli à la tête de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC). Le ressortissant de la République Centrafricaine (RCA) a été nommé au poste de gouverneur le 9 Février 2024 par la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement réunie en session extraordinaire par visioconférence.

Le nouveau gouverneur qui va gérer l’institution financière des pays membres de la CEMAC (Communauté Economique et Monétaire d’Afrique Centrale) pendant 7 ans est âgé de 49 ans.  Il travaille au sein de la BEAC depuis 2005. Il était jusqu’à sa récente promotion le directeur central des systèmes informatiques. L’autre promu du 9 Février est le Tchadien Souleymane Mahamat Djibrine. Il devient  le  directeur général de la banque centrale.

La troisième nomination, celle  du secrétaire général de la Commission bancaire de l’Afrique centrale (COBAC) n’a pas eu lieu. Les participants n’ont pas approuvé la candidature proposée par la République du Congo. Ils ont demandé au président de cet organe de leur présenter dans des délais brefs un rapport motivé et détaillé « pour décision ».   Le communiqué de la présidence tchadienne qui rend compte de la réunion précise qu’ « en attendant, c’est la Centrafrique qui continue à assurer ce poste en dépit du principe de non cumul de responsabilités à la tête des institutions de la CEMAC  par un même pays ».

L’on peut y lire que  « le Chef de l’Etat, Général Mahamat Idriss Deby Itno qui a proposé la candidature de Abbas Mahamat Tolli à ses pairs pour le poste de président de la Banque Africaine de Développement (BAD). Au regard de ses compétences et des résultats  qu’il laisse derrière lui à la BEAC, la conférence des Chefs d’Etat l’a adoubé pour être le candidat de la CEMAC à ce poste ».

Les récentes nominations surviennent au lendemain d’un bras de fer entre le gouverneur sortant Abbas Mahamat Tolli et Eugène Nsom, le directeur général du contrôle général (DGCG) de la BEAC ; Alors que ce dernier par voie de courrier rappelait au tchadien  que le mandat unique de 7 ans qu’il exerçait avait expiré le 6 Février 2024,.  le concerné opposait  un « non » catégorique à son ancien collaborateur.

« La nomination du gouverneur relève exclusivement de la compétence de la conférence des chefs d’État de la Cemac. La procédure de passation des charges est clairement établie et sera assurée par le président du comité ministériel de l’Umac (Union monétaire de l’Afrique centrale). Il n’appartient donc pas au DGCG de créer ses propres normes au sein de la banque centrale. À ce jour, aucun responsable institutionnel de la Cemac n’a quitté ses fonctions sans que la conférence des chefs d’État n’ait préalablement nommé son remplaçant. Cette règle a d’ailleurs été appliquée pour la nomination des nouveaux membres du gouvernement de la Beac, y compris celle du DGCG lui-même » ; régissait Mahamat Tolli.

 


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *