En ce moment

Titre

Artiste

Background

  • Non classé

La pénurie des pièces de monnaie condamne les usagers à Douala

Écrit par sur 20 octobre 2021

Tension sociale, la rareté des pièces de monnaies fait rage. Les citoyens se plaignent auprès des pouvoirs publics sans toutefois avoir des solutions à leur mal être. Difficile de se déplacer, de faire de petits achats, fautes de pièces de monnaies qui provoquent un malaise de plus en plus perceptible.

 

Une rareté de pièces de monnaie qui suscite de la colère

 

Le ciel ce matin semble revenir pourtant avec de bels éclaircis, mais son visage demeure froissé, ses mimiques raffuts et ses yeux balaient un regard panoramique sobre à la fois sur sa montre, la foule, et les automobiles stagnés  sur la voirie publique à Ndokoti ; Meredine, 30ans, déplore sa situation << c’est même quelle histoire ça ? Je vais encore arriver en retard au boulot. Tout ça à cause de la monnaie. >>

Il est 6h45 à Douala. Il fait 27°C. Comme elle, de nombreux usagers, subissent le même calvaire. Facteur principal, le manque des pièces de  monnaie. << C’est devenu pénible. Nous sommes retenus ici à cause du manque de monnaie. Quand bien même on propose des prix, certains conducteurs décident de les élever. >> S’indigne un usager en retroussant les manches de sa chemise.

<< Çà va bientôt faire une heure que je ne parviens toujours pas à emprunter un Taxi. C’est vraiment pénible. J’interpelle le gouvernement à trouver une solution à ce problème. Ce n’est vraiment pas évident >> renchérit Mari- Hélène. Tous sont en colère, leurs activités sont en difficulté faute de rareté de pièces de monnaie dans la ville.

 

Le malheur des uns fait le bonheur des autres

 

La crise de la monnaie, bien qu’elle ne permette de renflouer aisément le circuit, profite à plusieurs conducteurs automobiles. Hamadou, un conducteur de moto taxi s’en réjouit << Ce n’est pas tous les jours que ça arrive. Autant mieux profiter derrière nos clients en les soutirant un peu plus que d’habitude ». Les usagers sont ainsi devenus les victimes de la rareté des pièces de monnaie. Hamadou va d’ailleurs expliquer la nouvelle stratégie qui profite aux conducteurs de motos : « C’est un nouveau système adopté avec nos collègues. Tous sont intérieurement fiers, même s’ils ne le disent pas. Parfois, lorsque nous avons quelques pièces sur nous, on préfère augmenter le prix. Les clients n’ont pas d’autres choix que de céder à nos caprices. >>

 

La circulation est bloquée, la population reste aux abois, le calvaire persiste et la police, médecin de la situation essaie tant bien que mal de réparer les dégâts. Mais le prix des pièces de monnaie lui persiste et signe dans sa problématique.

 

Reportage Radio Balafon Charles Douglas Ndemba


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *