En ce moment

Titre

Artiste

Background

  • Non classé

Foumban: Un procureur de la République se fait bousculer alors qu’il cherchait de l’eau à une source.

Écrit par sur 13 octobre 2021

La rareté de l’eau dans les robinets de la ville de Foumban à l’ouest Cameroun a rendu un point de ravitaillement en eau célèbre. Il s’agit ici de l’entrée de la ville où coule une source qui est devenu le point de ravitaillement de tous.  Autorités administratives, traditionnelles et autres habitants de Foumban qui peuvent s’y rendre quand le débit en eau est important se bousculent. Ousman raconte d’ailleurs à Radio Balafon:  » l’autre jour il y’avait le rang. Mais quand le Procureur voulait puiser on l’a bousculé. Çà nous a étonné. Mais Parce que tout le monde est nerveux. Il y’a trop de monde et personne ne veut attendre. Même le Préfet envoie les motos puiser l’eau ici. Nous sommes étonnées alors qu’ils ont les cubitainers chez eux. »

 

La situation

 

Des robinets à sec, les populations de Foumban n’ont pas d’autres choix que de recourir aux eaux de puits ou de forage quand il en existe dans la ville. L’eau étant devenue une denrée rare dans cette partie du pays. Malheureusement, personne ne peut jusqu’ici donner une garantie sur la qualité de cette eau. Tout le monde s’y bouscule pour avoir le précieux sésame. Une situation dont les causes sont connues de tous comme l’explique cet habitant de la ville de Foumban à Radio Balafon.  » Camwater a le problème d’alimentation en Énergie électrique, ils ont une capacité de près de 1500 m3 mais il n’arrivent pas à pomper 400 m3 par jour à cause des coupures d’électricité et ils n’ont pas de groupe électrogène. ¨A 16h le pompage s’arrête par ce qu’il y a baisse de tension d’électricité. C’est ce qui fait que les gens se débrouillent par ci par là pour avoir de l’eau.  »

 

L’opportunité du malheur

Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, cette carence d’eau dans les robinets de Foumban a vu naître dans la ville de nouvelles professions. Les livreurs d’eau en occurrence qui se recrutent parmi les motos préfèrent se livrer à cette activité devenue lucrative. 1500 FCFA pour avoir 200 litres d’eau, alors que 1000 litres font moins de 400 francs à la CAMWATER.

 

Une équation onéreuse pour les populations qui voient leur budget en eau exploser chaque mois. Des populations qui ne demandent toutes qu’à avoir une meilleure fourniture électrique qui pourra améliorer la fourniture en eau dans la ville.

 

Reportage Radio Sidik Njigou correspondant Radio Balafon à Foumban


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *