En ce moment

Titre

Artiste

Background

  • Non classé

Drame d’Eseka : Cinq ans plus tard, une commémoration de lamentations

Écrit par sur 22 octobre 2021

Il y’a cinq ans la catastrophe ferroviaire la plus meurtrière de l’histoire du rail au Cameroun, survenait dans la localité d’Eseka faisant 79 morts et près de 600 blessés de sources officielles.

 

Commémoration sous fond de désespoir

 

Cinq ans après, les séquelles du déraillement du train inter city 152 sont encore visibles chez les victimes et habitants de ladite localité. Les membres du gouvernement, rendus sur le site, rassuraient à l’époque les populations avec d’innombrables promesses. Notamment, la construction d’une stèle en mémoire des victimes, l’amélioration des plateaux techniques de l’hôpital de district d’Eseka, la construction des routes et le dédommagement des victimes.

Seulement, la non concrétisation des engagements pris par les autorités suscite des grognements au sein de la population. La stèle commémorative dont les travaux font couler beaucoup d’encre et de salive est abandonnée dans une broussaille depuis l’entame des travaux en 2018. Même si un semblant de propreté a été mis autour au matin du 21 octobre 2021.

« Il avait été demandé au gouvernement camerounais qu’on accorde une force de sapeur-pompier a Eseka, cela n’a jamais été fait. Il était question de résoudre le problème de plateau technique dans les hôpitaux ; ainsi que l’absence d’une ambulance, de même que la route qui lie Boumyebel à Eseka. Jusqu’ici toujours rien » S’exprime un riverain rencontré sur le site. « Vous voyez par exemple la stèle qui est là, on se disait qu’une ou deux années après on devait déjà l’avoir achevée. Nous avons encore l’impression qu’il s’agit d’un bluff. Le projet a été lancé ; espérons qu’un jour il sera terminé » conclut-il, désespéré.

 

La société de transport ferroviaire Camail a relancé, il y’a peu, les voyages sur le trajet Douala- Yaoundé. Les populations, quant à elles, attendent toujours la réalisation des promesses faites par le gouvernement cinq ans plutôt.

Elthon Djeutcha/Mireille Ngaket (Stg)


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *