En ce moment

Titre

Artiste

Background

Déversement des aux usées sur la chaussée, des amendes de 10 à 50 mille FCFA à Yaoundé 1er

Écrit par sur 4 mai 2022

Le déversement des eaux usées sur les chaussées et les rues désormais sanctionné à Yaoundé 1er depuis Février 2022. Les personnes en infraction sont susceptibles de payer une amende allant de 10 mille francs CFA à 50 mille francs CFA. Cependant l’ampleur du phénomène n’a pas diminué en intensité dans les autres métropoles du pays. Les rigoles et autres canalisations sont soigneusement évitées au profit des sentiers réservés à la circulation des biens et des personnes. Une pollution ambiante qui rend inconfortable la vie en société pour certains.

 

Il est 10 h et de l’eau ayant servi à nettoyer du poisson vient de terminer son parcours en plein milieu d’une rue pourtant fréquentée par les riverains du quartier Ndogbong à Douala 5ème. A quelques pas des détritus contenus dans l’eau, des aliments sont sur le grill destinés à la consommation des clients. Plus haut ce sont environ 45 litres d’eau de lessive qui ont été déversées non pas dans la rigole qui se trouve à peine à quelques mètres mais sur la route. Si personne ne semble s’opposer à cette pollution de la voie publique , certains riverains vivent un mal être au quotidien. Anne propriétaire d’un petit restaurant à Ndogbong déplore cette situation qui met en mal son activité: « Ça me dérange justement parce que quand on voit ça en route, ça se présente mal. Il y’a les mouches, les moustiques aussi et cela affecte mon business. Les gens m’évitent. Quand quelqu’un passe il voit ma devanture si c’est pas propre, il ne peut pas manger. Il va ailleurs« . Laure a du mal  avec ses voisins insalubres: « Chez moi là c’est la catastrophe. C’est à l’excès. Quelqu’un fait sa lessive, sa vaisselle, il ne soucie pas du fait que c’est la route ou que les gens habitent en bas. C’est très choquant« .

La répréhension de Yaoundé 1er diversement appréciée

Dans la commune de Yaoundé 1er, ce sont des actes désormais proscrits et repréhensibles. Le fautif jugé coupable de déversement de produits jugés toxiques au regard de la loi pourrait payer une amende de 75 mille francs CFA sous instruction du maire Jean Marie Abouna. Contrairement au maire, certains habitants des quartiers de Douala en appellent à la sensibilisation des uns et des autres. « On ne doit pas les punir. Mais on doit les sensibiliser plutôt, jusqu’à ce qu’ils comprennent que c’est pas un bon geste. Et qu’ils renouvellent leur intelligence par rapport à cela« . Estime Brigitte. « J’aimerai que ces gens puissent réfléchir comme des gens normaux civilisés. En sachant que l’autre peut attraper une maladie ou une infection en traversant ces eaux là. on devrait les civiliser avec des leçons de morale« . Poursuit Liliane.

Ces marres d’eaux usées représentent un risque sanitaire. Ce sont en réalité des nids à germes, à bactéries et à virus à l’exemple du choléra, de la salmonella, de l’hépatite, du poliovirus et beaucoup d’autres maladies virales. Ces eaux usées peuvent également contenir des métaux, tels que du mercure qui a de graves conséquences sur l’homme en cas d’ingestion.

 

Reportage Radio Hélène Sayom


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *