En ce moment

Titre

Artiste

Background

  • Non classé

Climat : Yaoundé envahie par  la neige jaune

Écrit par sur 29 novembre 2021

Depuis quelques semaines, la  capitale politique, est confrontée à l’acuité de la poussière, qui met en mal le quotidien des habitants.

On se croirait habiter sur la planète Mars, avec cet aspect coloré qui fait l’unanimité sur ces routes goudronnées ou pas, rues de quartiers, établissements scolaires, marchés, feuillage, carcasses de voiture… Depuis quelques temps déjà, Yaoundé est en proie à la saison sèche qui marque son retour.  Une situation qui porte atteinte à l’agenda journalier des populations, qui se voient, par contrainte, déguisées en marsien.

« Ce n’est pas juste. J’irais jusqu’à dire, c’est de trop. Tous les jours, en allant comme en rentrant du travail, je suis couverte de poussière. Rien à faire. C’est tellement énervant. C’est à cause de mes enfants que je continue à braver cette poussière, sinon j’aurai arrêté mon travail », s’indigne une yaoundéenne ce matin en nettoyant son chemisier.

 

Un véritable coup dur pour les les habitants de Yaoundé

 

A perte de vue, sur le tronçon Melinga, au quartier Mballa, jusqu’au lieu-dit Ottou, dans le 5e arrondissement de Yaoundé,  le phénomène va grandissant. L’affronter est un véritable parcours de combattant pour les riverains : « On avait pourtant parlé du corona. Si cette poussière pouvait tuer c’est qu’elle aurait déjà fait de nombreux morts. Moi y compris. C’est très difficile pour nous de se confronter à la poussière. Quand elle  s’envole,  l’épaisseur est d’au moins deux centimètres. Vraiment, ce n’est pas sérieux.  Il faut que le gouvernement essaie de voir comment ils pourront faire pour qu’on nous arrose au moins la route, en, attendant les travaux. »

« J’ai arrêté le travail très tôt à cause de la poussière qui ne cesse de nous étouffer à longueur de journée. Que d’aller travailler avec ces risques au quotidien, je préfère tout arrêter et rester à la maison », explique Mireille. Idem pour certains commerces qui faiblissent en raison de cet océan de poussière qui gravite les étals des marchands.
« Nos marchandises aujourd’hui ne rapportent plus comme avant à cause de la poussière.  Ça nous chasse même les clients, parce que quand ils arrivent, ils trouvent l’abondance de poussière, ils rentrent » regrette un commerçant.

 

Présente dans les établissements scolaires

 

Dans les écoles, enseignants et élèves  ne sont pas en reste : « il y’a de la poussière partout ; de la salle de classe au bureau, on est obligés de nettoyer avec l’eau et du chiffon. Jusque-là ça ne résout pas le problème et ça expose les enfants et les maitresses aux maladies », souligne Emérence. Une situation d’inconfort, qui risque sans doute s’embraser  une fois la saison sèche dans son plain-pied.

 

Laura LEUKEUFACK (Stg)/Elthon Djeutcha


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *