En ce moment

Titre

Artiste

Background

Charlemagne MESSANGA NYAMDING accusé d’avoir appelé l’armée à se soulever par le conseil de discipline AD HOC RDPC

Écrit par sur 13 avril 2022

Au sujet de l’affaire Charlemagne MESSANGA NYAMDING, on attendra encore pour savoir la sentence qui sera réservée à ce membre titulaire du comité central du RDPC (Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais). Convoqué ce mercredi 13 Avril 2022 à Yaoundé, par le conseil de discipline Ad Hoc du secrétariat général du comité central du RDPC, le Pr MESSANGA, dénonce un acharnement et un complot contre sa personne. 

 

Taxé d’indiscipliné multirécidiviste, le « Biyaiste » Charlemagne Messanga Nyamding , ne fait aucun mystère sur l’origine de ce sale temps qu’il traverse au sein de son parti. « Je vous dis bien que c’est le secrétaire général de la présidence qui a commandé cette commission. J’ai donc saisi cette opportunité pour demander au camarade Jacques Fame Ndongo, est-ce qu’on devrait trahir le Président ainsi ? Est-ce qu’on peut laisser tomber une personnalité comme moi qui a tant servi au profit de ce que j’appelle les camarades politique pressés« . A-t-il déclaré au reporter de Radio Balafon à l’issue de cette audience.

 

Auditionné pendant près de 3h par la commission de discipline Ad hoc convoquée par le Secrétariat général du comité central du RDPC à Yaoundé, le professeur Charlemagne rejette en bloc les 4 charges retenues contre lui. « Ils ont dit dans les récriminations que moi je passais le temps à dénigrer le parti. D’abord que j’ai soutenu les enseignants et de deux j’ai demandé que l’armée se soulève. J’ai mis les mains sur la tête. Je n’ai jamais de ma vie demandé à l’armée de se soulever. Par contre j’ai repris ce que j’ai dit, je me cite: que heureusement que nous avons une armée républicaine parce que, au regard des bêtises faites par les uns et les autres, l’armée pouvait se soulever au Cameroun. Et le problème le plus grave, ils disent que j’ai qualifié les ministres de bandits. Je leur ai dit non sauf si vous êtes prêt à sacrifier le président Paul Biya et à croire qu’il n’est plus Président j’ai dit que les bandits à col blanc rendrons gorge. Le terme bandit en col blanc je le confirme. Sorti de cette réunion est une expression consacrée où le président dénonçait certains camarades. S’est-il confié à Radio Balafon.

 

Ce membre titulaire du comité central du RDPC depuis 2011 persiste et signe quand à l’inégalité de ce conseil de discipline. « Les articles et les sanctions contenus dans l’article 32 et 33 et la faute dans l’article 31, ne peuvent se manifester que si conformément à l’article 84 du règlement intérieur, on s’appuie sur une décision du comité central sous la présidence de Paul Biya et ce n’est pas le cas. A-t-il expliqué.

Charlemagne Messanga Nyamding sera-t-il exclu du parti RDPC? Le verdict qui s’apparenterait à un coup de tonnerre reste attendu.

 

Radio Balafon


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *