En ce moment

Titre

Artiste

Background

« BLIDA LA TERRE MAUDITE QUI EST DEVENUE LA TERRE PROMISE » par Charles Douglas Ndemba

Écrit par sur 30 mars 2022

Jamais oui jamais les algériens n’avaient perdu à Blida, ils restaient sur une série de 43 matches sans défaite au stade Moustapha Tchaker. Autrement dit Blida est une forteresse imprenable pour l’équipe nationale algérienne. Mais Il était écrit que c’est à Blida en terre Algérienne que les lions indomptables allaient obtenir leur qualification pour la coupe du monde au Qatar.
Ne me demandez pas où est-ce que c’était écrit, le scénario n’était pas connu d’avance, mais, ceux qui avaient la foi d’une fin heureuse pour les lions savaient comment ça allait se terminer ils le savaient au fin fond d’eux, au fond de leur cœur. Ils l’espéraient fortement au point où même après l’égalisation algérienne ils continuaient d’y croire comme un roi sans gloire qui a perdu sa voie plongée dans l’espoir qu’un coup du sort viendra lui redonner le choix de dicter à nouveau sa loi.
Ce coup du sort symbole fort d’une association d’efforts consentis qui conduira au réconfort, ce coup du sort s’appellera Toko Ekamby dont le seul désir était de redonner au roi sa noblesse, sa dignité et son élégance quand il marchera torse bombé dans la vallée du grand concert des nations au Qatar.
Oui mesdames oui messieurs, le Cameroun se devait de renouer avec le mondial après l’absence remarquée en 2018, il fallait mettre fin à cette anomalie. Et pour y parvenir, comme nous le disions vendredi dernier avant le match aller à Japoma Toko devait jouer avec Choupo Oyongo devait sourire avec Tolo et Rigo devait porter en triomphe Eto’o.
Seulement, Dans l’étau les lions étaient pris, coincés par les fennecs tels des félins affaiblis par l’effort d’une course poursuite, la preuve certains joueurs étaient essorés, calcinés, mortifiés, asphyxiés par les efforts répétés mais il ne fallait pas abandonner, d’autres respiraient comme ce poisson, le machoiron une fois sortie de l’eau…mais ils avaient envie, ils étaient déterminés à partir de Blida avec la qualification.
L’ascenseur émotionnel était interdit aux cardiaques. En l’espace de deux minutes deux peuples du football ont fait un échange de services, d’un côté on est passé des cries de joie aux larmes, de l’autre on est passé des Onana tu es un vendeur d’ananas à Magnan c’est de ça il s’agit.
Loin des émotions qui ont sans doute atteint leur pic hier soir  (La suite en cliquant ce lien)
https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=537648257786278&id=108030630748045

Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *