En ce moment

Titre

Artiste

Background

  • Non classé

Bertoua: Belle de nuit, élèves et étudiantes au centre de la préoccupation.

Écrit par sur 29 novembre 2021

Situées dans la région de l’Est Cameroun, dans la ville de Bertoua, élèves et étudiantes font désormais de la prostitution leur gagne-pain favori.

 

Ce soir-là, au lieu-dit Ndemnam, l’un des quartiers les plus chauds situé en plein cœur de la ville de Bertoua. Comme la plupart des coins dits chauds du pays, l’ambiance est plutôt festives.
Jusqu’au moment où l’on entend des éclats de voix provenant d’une ruelle, c’est une jeune fille de 17 ans qui venait de se faire surprendre par son père en tenue pas très présentable pour une jeune fille de son âge. Elle qui avait quitté la maison prétextant qu’elle allait étudier chez sa camarade. Pourtant, curieusement, elle n’était pas habillée aussi sexy pour des études, mais plutôt pour faire de la prostitution, comme la plupart des autres filles de sa tranche d’âge. « Les élèves au lieu de se conscientiser et d’être serein sur un aspect spécifique les concernant qui est l’école, préfèrent plutôt aller se prostituer étant si jeune » explique Charles DIDIER RAMUS l’un des habitants de Bertoua.

Le phénomène inquiète la société civile qui accuse l’irresponsabilité de certains parents. Pour elle, ces filles le font presque souvent dans le but de sponsoriser leurs études et prendre soin d’elle. « Les parents ne prennent pas suffisamment leurs responsabilités. Ils ont laissé à ces enfants le choix de faire ce qu’ils veulent » rajoute Charles.

Si d’un côté, les parents sont pointés du doigt par la société civile, ces jeunes filles ont également leur part de responsabilité, car elles se livrent à des pratiques qui ne sont pas toujours recommandables et aussi, elle ne se protègent presque jamais lors des rapports sexuels, ce qui a pour conséquence directe, les grossesses précoces et des infections sexuellement transmissibles.

Ce phénomène, qui trouve son lit dans la ville de Bertoua, doit non seulement interpeller les autorités, mais aussi le bon sens de la population de Bertoua.

 

Sébastien Oyebe (Stg)


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *