En ce moment

Titre

Artiste

Background

Augmentation du prix du Kg de Bœuf, cri de colère des revendeurs et ménagères

Écrit par sur 11 avril 2022

Vie chère, le panier de la ménagère, perd des calories. À côté des autres produits de grande consommation, la viande de bœuf connaît aussi une hausse fulgurante avec le kilogramme qui passe désormais à 3500 voire 4000 F sans os. Une situation qui n’est pas du goût des bouchers, qui observent partiellement, une grève dans certains marchés de Yaoundé, la capitale politique du Cameroun.

 

Nous sommes au marché de Mvog Betsi dans l’arrondissement de Yaoundé 6ème. De nombreuses boucheries sont fermées, des mouches font des pirouettes sur des traces de sang des derniers stocks de viande épuisés. Certains bouchers la mine serrée n’arrivent pas â faire de bonnes ventes depuis plusieurs jours. Les ménagères qui font de nombreux aller-retour entre les rayons de boucherie peinent à se ravitailler. « Sans os aujourd’hui c’est 4000 francs. Vous voyez comment ils ont grevé. Parce que eux-mêmes ils ont vu que c’est trop cher. Alors qu’avant on achetait un kilo avec os à 2.500 francs CFA. Maintenant c’est dans les 3500 à 4 mille FCFA. Ça ne va pas. » Se lamente une ménagère.

 

Un prix sur le kilogramme qui a pris un sacré coup au point où même les revendeurs sont remontés. Au marché Mvog Betsi de Yaoundé ce lundi matin, pratiquement toutes les boucheries sont restées fermées C’est le cas de Lionnel la lanterne des bouchers.  » Tout le monde devait être fermé. Parce qu’on a grevé. Tu peux payer un bœuf maintenant à 700 mille 750 mille pourtant tu payais avant à 300.000fcfa. ça ne fait qu’augmenter chaque jour. Il faut qu’ils baissent pour qu’on voit comment faire. » Explique-t-il. Yaya son voisin lui il est venu dans le souci d’épuiser son stock de samedi dernier. Il va d’ailleurs confier que: « Le prix de gros c’est 2.500 FCFA. Tu achètes un bœuf de 800.000 FCFA. Ça te donne 250 kg. Calculons. Il y a des jours où on arrive même à 2700 francs le prix de gros et il faut nettoyer avec d’autres charges. Tu te retrouves sans bénéfice. Cette semaine, j’ai un manquant de 200.000 francs CFA. Tu imagines que sur un mois ça fera combien? C’est pour cela qu’on a décidé de fermer d’abord pour que la tête ne chauffe pas. Si tu me vois au marché c’est parce qu’il y a eu reste samedi. Je viens pour le finir. »

Une hausse vertigineuse des produits de grande consommation qui devient invivable pour les ménagères à travers le pays.  » Nous on dit simplement au gouvernement qu’il peut vraiment faire quelque chose. Surtout pour nous les démunis. Nos enfants déjeunent maintenant avec le manioc. Le manioc même est cher. La banane on ne voit pas au marché. On ne sait plus comment faire. Ou on doit creuser la terre et prendre les vers de terre pour que nos enfants mangent. On ne comprends plus rien »

La preuve que la ménagère au Cameroun est véritablement dans une période de vaches maigres.

 

Elthon Djeutcha


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *