En ce moment

Titre

Artiste

Background

50 ans de Concubinage polygame, il signe monogamie avec la 2ème

Écrit par sur 1 juillet 2022

C’est un scandale de mœurs qui secoue la ville de Bafang depuis le dimanche 26 Juin 2022 . Un père de 16 enfants et polygame s’est vu interdire ses noces dans le diocèse de Bafang par les enfants issus de son premier concubinage qui dure déjà 50 ans.

 

C’est une famille ahurie et incontrôlable qui a fait foule et scandale devant les fidèles catholiques du Diocèse de Bafang dans la région de l’ouest Cameroun le dimanche 26 Juin 2022. L’histoire est celle d’un père de famille de 16 enfants, polygame depuis 50 ans avec une première femme qui lui a fait 7 enfants et une deuxième femme plus tard qui fera à son tour 9 enfants parmi lesquels des jumeaux. Mais là n’est que le premier scandale de l’affaire. Le concubin et polygame va décider de signer le régime monogamique devant le maire et en secret avec la deuxième femme de sa concession.

Ce qui va donc créer le désormais scandale du diocèse de Bafang, c’est que le nommé papa Massango puisqu’il s’agite de lui, va décider de sceller ses noces civiles au sein de l’église catholique de Bafang. Ceci après une première tentative il y a trois ans, contestée par les fidèles du village Mboébo dans le département du Haut Nkam. La récidive 3 ans plus tard va donc créer le scandale dimanche lors d’un mariage collectif organisé par le Diocèse de Bafang.

Delphine TOWA, la petite sœur de Kameni Fogang Lucie, la femme abandonnée par Massango s’en indigne. « Je veux qu’il parte s’occuper de ma grande sœur qui est couchée à l’hôpital avec d’énormes problèmes de santé. Qu’il se rende compte des erreurs qu’il est entrain de faire envers ses enfants issus du  premier concubinage.  Il faut qu’il arrange ce problème qui est entrain de détruire sa famille. Chaque humain peut faire une erreur. »  A-t-elle déclaré.

Du côté de l’église Catholique, Mon Seigneur Abraham KOME, Evêque du Diocèse de Bafang qui avait reçu la requête d’annulation du mariage par les enfants issus du premier concubinage du nommé Massango dit n’avoir aucune raison canonique pour empêcher la célébration de ce mariage . » Par rapport au fait qui a un tout petit peu perturbé la cérémonie de mariage collectif ici au Diocèse de Bafang, il faut dire que l’église n’a pas de raisons canoniques qui puissent interdire ce mariage en conformité avec la législation camerounaise. Toutefois, il y’a des raisons morales qui peuvent faire que l’église prenne certaines précautions. » A déclaré Mon Signeur Abraham KOME.

Pourtant, l’une des filles du nommé Papa Massango issue du 1er concubinage appelle l’église Catholique à participer au retour de la paix dans leur famille  » Nous sommes fatigués des regards des autres. on nous traite de derniers pourtant nous étions les premiers. J’aime mon père. Et je veux qu’il arrange notre situation. On nous traite d’enfants naturels et non d’enfants légitimes. Si nous avons fait appel à l »église pour interdire ce mariage, c’est parce qu’on veut qu’on nous aide à retrouver la paix dans notre famille. » A déclaré Christelle Massango.

Après cette scène de rixe, le couple Massango marié à la mairie, n’a pas convolé en juste noces dans l’église du Diocèse de Bafang à l’Ouest Cameroun. Ils ont terminé la célébration du mariage collectif replié sur eux-mêmes dans un coin de l’église sans issue.

 

Reportage TV Claire-Luce Angouande


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *