14 février : L’hypocrisie de l’amour

Written by on 17 février 2021

Au nom de l’amour, le monde connait tellement de dérives que l’on se demande finalement quel en est le vrai sens, et si la célébration n’était que du folklore.

Le 14 février comme depuis presque 1800 ans, les Camerounais, les Africains se sont donnés à cœur joie à ce qu’ils appellent la fête de saint Valentin ou la fête de l’amour. Mais qui est saint Valentin? Et de quel amour s’agit-il ? D’après la légende, Valentin est un prêtre qui a existé il y a 18 siècles dans le royaume romain, il célébrait des mariages en cachette. A une période où la vie d’un royaume se résumait à la guerre et aux conquêtes d’autres territoires, la préoccupation des dirigeants était de constituer l’armée la plus forte et la plus nombreuse. Le mariage empêchait alors les hommes de s’engager dans l’armée, et l’empereur romain Claude II l’avait interdit, c’était 268 ans après la naissance de Jésus Christ, d’après le calendrier romain. Le prêtre Valentin le célébrait en catimini, mais quand ses actes furent découverts, la punition était à la hauteur de la trahison de l’empereur, il fut simplement décapité. Près de 200 ans plus tard encore, le pape interdit une pratique qui avait cours dans le royaume et qui consistait pour les garçons lors de leur initiation à la maturité, à choisir au hasard le nom d’une fille qui devenait leur compagne pour l’année. Cette interdiction fut suivie de la décision, de faire de Valentin un saint comme il est de coutume chez les catholiques de canoniser certains hommes de Dieu au regard de leurs faits d’armes, et il fut désigné comme le patron de l’amour célébré le 14 février. Mais seuls les mariés étaient alors concernés, car l’occasion devrait être bonne pour renouer les vœux d’amour fusionnel, celle qui lie le couple. En tant qu’élément de liaison entre deux personnes, cet amour n’avait donc pas besoin de folklore pour se manifester, encore moins de célébration. L’idée de la célébrer en Afrique est une fois de plus la conséquence de l’introduction de la culture occidentale sur le continent avec pour ambition d’effacer au passage celle trouvée sur place.

Au nom de l’amour

Et l’amour, que signifie ce mot? Une des définitions proposées par le dictionnaire le petit robert, l’explique comme étant une inclinaison envers une personne, le plus souvent à caractère passionnel, fondé sur l’instinct sexuel mais entrainant des comportements variés. Parmi les définitions philosophiques on trouve celle de Madeleine de Scudery  qui décrit assez ce qui se vit de nos jours : « l’amour est ce je ne sais quoi, qui vient de je ne sais où et qui finit je ne sais comment. » Au nom de l’amour on tue, on violente, on jalouse, on déteste, on porte plainte, on met le feu aux maisons, on vole les enfants, on casse les voitures, on bagarre dans les rues, on triche, on détourne les deniers publics, on développe la malhonnêteté, on ment éhontément, on sèche les cours, on abandonne le travail en prétextant la maladie, on désobéit aux parents envers lesquels on devient insolent. En somme, l’amour est devenu source de tous les maux. Et il y a en a qui à cette date du 14 février, ont multipliés des subterfuges pour exprimer l’amour. Les philosophes ont également essayé de classifier l’amour en trois types, l’amour platonique entre amis, l’amour filial en famille et l’amour érotique entre deux personnes qui s’attirent sexuellement. Sauf que l’on n’est épargné nulle part. Les trahisons entre amis sont monnaie courante, les familles s’entretuent pour peu, et les crimes passionnels sont innombrables.

Maquillage

Certains versets de la bible, dans la première lettre aux Corinthiens chapitre 13   résument l’amour en ces termes : « L’amour est patient, il est plein de bonté; l’amour n’est pas envieux; l’amour ne se vante pas, il ne s’enfle pas d’orgueil, il ne fait rien de malhonnête, il ne cherche pas son intérêt, il ne s’irrite pas, il ne soupçonne pas le mal, il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il se réjouit de la vérité; il pardonne tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout. L’amour ne meurt jamais. Les prophéties disparaîtront, les langues cesseront, la connaissance disparaîtra. » Dans l’absolu, ces caractéristiques s’appliquent à tous les trois types d’amour, et c’est sans doute cela qu’il faudrait célébrer. Autrement, de quel amour parle-t-on dans une société camerounaise devenue individualiste, où l’on se construit des maisons avec des barrières de deux mètres pour mieux s’assurer qu’on est séparé des autres, où les barrières sont gardées par des chiens dont l’aboiement fait penser à un tonnerre, des chiens d’une hauteur d’un mètre et d’une robustesse effrayante, nourris à des centaines de mille de francs  par mois alors que la ménagère en touche à peine 50 000 comme salaire, et que les employés ne sont pas inscrits à la Caisse nationale de prévoyance sociale et travaillent sans contrat? De quel amour parle-t-on, quand une femme n’est même plus à mesure, ce jour supposé de l’amour, de préparer de sa main un mets spécial pour son mari, de tout son cœur, surtout que cela n’est pas toujours possible du fait des occupations des unes et des autres ? A quel amour fait-on allusion, quand une femme dit renouveler ses vœux ce jour avec une fleur importée de surcroit, regardant son mari dans les yeux et prononçant des mots romantiques alors qu’elle se construit une fortune derrière le dos de ce dernier et est déjà propriétaire de plusieurs terrains et commerces. Quelle haine et quel mépris envers la femme, à qui l’homme apporte un cadeau plein d’hypocrisie ce jour, alors qu’il entretient deux autres ménages ailleurs sans avoir le courage de l’avouer et assumer son statut ? L’amour tel que célébré aujourd’hui n’est-il justement pas le contraire de ce qui est dans le cœur ? Tout porte à le croire, quand l’on se réfère une fois de plus à la bible qui avait prévu que le mensonge et l’hypocrisie seront le propre de l’homme à un moment donné, notamment la fin des temps. Dans 2 Timothée, chapitre 3 on lit: « Sache que, dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles. Car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux, insensibles, déloyaux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien… » Et le mot amour n’est finalement là que pour maquiller tout cela.

Roland TSAPI

Tagged as

Avis des lecteurs

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Les champs requis sont indiqués *



Current track

Title

Artist