Près d’une quarantaine de vies emportées dans deux accidents sur l’axe Bafoussam-Yaoundé.

Written by on 28 décembre 2020

C’était précisément au lieu-dit « pont de Nomalé » dans l’arrondissement de Ndikiniméki aux premières heures de la matinée du dimanche 27 décembre dernier. Le premier selon notre source est une collision entre un camion et un véhicule de l’agence Avenir Voyages. Le gros engin serait après un mauvais dépassement entré en collision avec le bus en l’entrainant dans un cours d’eau. La situation va très vite susciter la mobilisation des populations pour les secours, et donner lieu à un décor que n’avait pas prévu le chauffeur du second bus avenir voyages arrivé quelques minutes après. Multipliant les manœuvres pour éviter les obstacles sur la chaussée, le chauffeur de cet autre véhicule va finir dans un ravin.

 

De source officielle, le bilan provisoire fait état de 35 décès et 18 bléssés. Descendus sur les lieux, le ministre des transports comme son collègue de l’administration territoriale, a pu se rendre compte de l’horreur survenue sur cette route en pleine réhabilitation.

 

 

Notons que le bilan n’a pas cessé de s’alourdir Les véhicules partis de Koutaba dans le département du Noun, ne sont donc pas arrivés à destination. Les passagers en majorité des ressortissants de cette localité de la région de l’Ouest, le Noun tout entier et le Cameroun en général pleurent. Sa Majesté Ibrahim Mbombo Njoya, Sultan roi des Bamouns, peuple du Noun, a dans un communiqué appelé tous les ministres du culte à élever des prières vers le Très-Haut pour le repos des âmes parties et le rétablissement des nombreux blessés. Par ailleurs, il à la suite de ce drame, décidé de la suspension  pendant 2jours des travaux de réhabilitation de la porte de Foumban et du renvoi de son inauguration à une date ultérieure, laquelle inauguration était prévue dimanche 03 janvier prochain.  On se souvient que l’incendie de Cette Mythique porte d’entrée de Foumban, la cité des arts, en fin novembre dernier, avaient été interprétés par certains fils du coin comme un mauvais signe et avaient été suivi de plusieurs rites traditionnels effectués par le Sultan Mbombo Njoya. Ce dernier qui du reste se déchire depuis lors avec le maire au sujet de la reconstruction de l’ouvrage, chacun se revendiquant ce droit. S’agissant de l’horreur du dimanche 27 décembre dernier sur la route, les interrogations continuent de pleuvoir.


Avis des lecteurs

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Les champs requis sont indiqués *



Current track

Title

Artist