Economie : Vers la fin de nombreuses mesures d’assouplissement et de soutien au secteur économique

Written by on 21 juillet 2020

De nombreuses mesures d’assouplissement et de soutien au secteur économique prises par le Gouvernement le 30 Avril 2020, sont en cours d’achèvement dans plusieurs secteurs de l’économie.  Il s’agit notamment de la suspension temporaire pour une durée de trois mois des frais de stationnement et de surestaries dans les ports de Kribi et Douala pour les produits de première nécessité, de la suspension pour une période de trois mois du contrôle sur place de la Caisse Nationale de Prévoyance sociale (CNPS), de l’exonération au titre du 2ème trimestre de l’impôt libératoire et des taxes communales (droit de place) dans les marchés au profit des petits revendeurs entre autres.

Levée de l’exonération au titre du 2ème trimestre de l’impôt libératoire et des taxes communales

Au sujet de l’exonération au titre du 2ème trimestre de l’impôt libératoire et des taxes communales (droit de place) dans les marchés au profit des petits revendeurs,  notamment les bayam sellam, les marchés camerounais ont tous levé la mesure. Au Marché sandaga de Douala, aucune note de levée de l’exonération n’a été attendue pour recommencer l’applicabilité du prélèvement des taxes. Oscar Kong président des commerçants du marché sandaga affirme qu’: « Au niveau de l’impôt libératoire et les petites taxes, la mesure a déjà été levée il y’a de cela deux à trois semaines. Parce qu’on a estimé que nous avons déjà atteint la limite ». Les estimations financières de ces taxes reviennent à des paiements journaliers au marché sandaga. Oscar Kong détaille : « généralement on appelle çà chez nous ici les quittances quotidiennes. Il y’a les femmes qui sont sur les étales et les comptoirs qui paient 100FCFA tous les jours. Ceux qui ont les boutiques c’est 5000, 10000, 15.000, 25.000FCFA en montant, en fonction de la taille de la boutique. Ceci est un paiement mensuel ».

A douala 4, la mesure d’assouplissement avait créé de nombreuses incompréhensions comme le précise le régisseur du marché de Mabanda « C’était les petits bayam sellam qui avaient bénéficié. Les boutiquiers confondent tout. Ils ont tout mélangé. Les gens ne veulent pas s’informer. » Ici, la taxe varie selon que l’on est sur la route, à proximité de celle-ci ou au fond du marché « Il y’a le droit de place sur le marché 1000F, 2000F. Il y’a les OTVP 1000F ca dépend de celui qui est près de la route ou à l’intérieur du marché ».

Ce 11ème point des 19 mesures d’assouplissement dans le cadre du covid-19 attire ainsi l’attention sur l’ensemble des autres exonérations qui sont en cours d’achèvement malgré l’économie en perte de vitesse et les mises au chômage en cascade dans de nombreuses entreprises.

 

Claire-Luce Angouande


Avis des lecteurs

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Les champs requis sont indiqués *



Current track

Title

Artist