Crise anglophone : le Cameroun sur la voie d’un cessez-le-feu dans le NOSO.

Ecrit par le juillet 6, 2020

Ayuk sissiku a annoncé en fin de semaine dernière des négociations entre le gouvernement camerounais et les leaders séparatistes. Une occasion pour la société civile et les acteurs politiques de questionner le profil des médiateurs.

Négociation : qualité et légitimité des médiateurs

C’est sur son compte tweeter que le leader de l’état imaginaire d’Ambazonie, actuellement détenu à la prison centrale de Nkondengui, Sisiku Ayuk Tabe, a fait l’annonce le 3 juillet dernier. Il a écrit : «Hier, 2 juillet 2020, neuf des nôtres, avons été invités, et nous sommes entretenus avec une équipe du Gouvernement de la République du Cameroun, à propos de l’initiative d’un cessez-le-feu, suite à l’appel des Nations-Unies. Les termes sont en discussion, et nous informerons les Amazoniens une fois que des progrès significatifs seront faits». Une déclaration qui n’a pas laissé indifférents certains observateurs de la scène politique. L’homme politique Barista Achu Emmanuel a réagi à sa suite en ces termes: « On se pose beaucoup de questions. Est-ce que quelqu’un qui n’est pas libre de ses mouvements, de sa pensée peut négocier librement ?» L’homme de loi, membre de l’initiative américano-germanique qui prépare le terrain des négociations en faveur de la paix au Cameroun, poursuit en questionnant surtout la légitimité des leaders séparatistes devant prendre part à la négociation pour un cessez-le-feu. « Est-ce que celui qui veut négocier contrôle la situation ? S’il vous plait en matière de légitimité, il faut faire attention parce que ni Sissiku, ni Sako ne sont élus par personne. C’est des gens qui se sont auto mis en orbite pour une cause. Donc pour la légitimité, ils n’ont pas de légitimité. »

Les dégâts de la crise anglophone

La crise anglophone dont le cessez le feu fait aujourd’hui l’objet de négociations, a après quatre ans, fait de millier de victimes et des dégâts matériels importants. L’économie du pays en a lourdement payé le prix. Alors que le gouvernement annonce une reconstruction dans le nord-ouest et le sud-ouest, il convient de noter que plus de 11 000 maisons devront être reconstruites. Ce qui suppose qu’au moins le même nombre a été détruit. La reconstruction du NOSO ne pouvant se faire en pleine guerre, il est alors nécessaire qu’on assiste au préalable à un cessez feu. Ce qui pourrait justifier les négociations en cours.

 

Zavier Raoul Elong


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs requis sont indiqués *


Current track
TITLE
ARTIST

Background